Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois. Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays Après les mesur ----- Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois. Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays Après les mesur ----- Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois. Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays Après les mesur ----- Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois. Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays Après les mesur ----- Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois. Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays Après les mesur -----

flash-info


Legal notices

Annonces légales

29/06/2016
Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays


Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois.

Doing Business: Notre objectif, être parmi les 50 premiers pays

Après les mesures vigoureuses prises en 2013 pour l’amélioration de l’environnement des affaires et qui ont permis de classer la Côte d’Ivoire parmi « les dix meilleurs pays réformateurs au monde» en 2014, le gouvernement poursuit ses efforts. Parce que, comme l’a dit le chef du gouvernement, « notre objectif, c’est d’être parmi les 50 premiers pays les mieux classés au monde » alors que le pays occupe présentement le 167e rang.

Et ce sont les innovations de cette année que le Premier ministre, ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, Daniel Kablan Duncan, a présentées aux médias publics, hier, en début de soirée, à son cabinet. Il s’agit, principalement, en premier lieu, de la levée du capital minimum pour la création d’entreprise de type Sarl, qui était autrefois fixé à un million de Fcfa, et qui est désormais laissé à l’appréciation des promoteurs qui n’ont pas obligation de passage devant Notaire mais peuvent « rédiger des statuts sous seing privé ». De même, les droits de timbre et d’enregistrement sont défiscalisés, il ne reste plus que le Registre de commerce et de crédit mobilier (Rccm) dont le coût a été réduit à 15.000 Fcfa (10.000 pour l’inscription et 5000 Fcfa pour les frais de dépôt ».

Deuxièmement, c’est la réduction du délai d’obtention du permis de construire, qui a été ramené à 87 jours. Dans le même cadre, figure la réduction du délai de raccordement au réseau électrique pour une durée maximum de 28 jours, soit la moitié du temps initial. Sans compter que le gouvernement prévoit la réalisation prochaine de 5000 Km de fibre optique dans les zones Ouest et Est du pays pour desservir toutes les grandes villes.

Troisième grande réforme, c’est la réduction du taux des frais de transfert de propriété dans le Registre foncier. Fixé à 10% de la valeur du bien, ce taux a été ramené à 7% en 2013 et se situe cette année à 6%. Par ailleurs, le Premier ministre a instruit le Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (Cepici) de ramener le délai de création d’entreprise de 24 heures actuellement à 12 heures dès l’année prochaine comme au Cabo Verde.

Autres instruments existants et qui donnent satisfaction, c’est le Tribunal de commerce pour lequel un texte sera pris pour rendre ses décisions exécutoires et la Haute autorité de la bonne gouvernance et de lutte contre la corruption qui se met en place progressivement. En attendant, il a invité les investisseurs qui seraient victimes de tracasserie et de corruption de saisir ses services. Il a réaffirmé également le rôle du Cepici à accompagner les promoteurs depuis l’agrément jusqu’à la réalisation de l’entreprise.

Pour le chef du gouvernement, toutes ces mesures sont prises parce que le secteur privé représente le moteur de la croissance et le principal pourvoyeur d’emplois. D’où la part de 62% qui lui est réservée dans le Plan national de développement (Pnd 2012-2015) qu’il souhaite voir relevée à 70%. La réduction des coûts devraient, croit-il, réjouir les investisseurs et les jeunes qui sont formés et veulent créer des emplois. Il a d’ailleurs exhorté les Ivoiriens à faire en sorte que « l’autofinancement » représente une part importante dans les PIB. Les PME représentent actuellement 18% du PIB et 80% de création d’entreprises. Mais il souhaite que de 18%, elles passent à 40%.

Il a, en outre, rappelé le programme d’activité du Chef de l’Etat qui met l’accent sur la paix, la sécurité et la stabilité ainsi que la réconciliation et la reconstruction. Tout en se félicitant de l’indice de sécurité qui est descendu de 4 à 1,4, Kablan Duncan annonce le renforcement du dispositif sécuritaire par le déploiement prochain du Ccdo dans six villes de l’intérieur du pays.